mardi 3 septembre 2013

Saint Louis me poursuit...!







Passant le pont Sully ,
m' en vais dans
 l' île Saint Louis..

Si belle l' île de Paris
où j' ai beaucoup appris...





Aujourd'hui c' est la rentrée...


et j' ai le blues des blouses...!!









Cinquante quatre ans sont passés ,
nos rides se sont installées ...
Ici , loin de Paris , en sa chapelle ,
Saint Louis
encore et toujours veille...








Demoiselles d' hier :
qu' êtes-vous devenues..?
Comme elle ,  je suis celle d' aujourd' hui ,
tout près de la chapelle Saint Louis...!



" Veux-tu que nous allions dans la forêt prochaine
Retrouver l' ombre de ce grand roi
Qui rendait la justice à l'ombre de son chêne
Et dont le nom est saint trois fois .

Suivi de son Joinville et sans garde il s' avance ,
Manteau de sandal noir et châpeau de paon blanc ,
Surcot sans manche , simplement ,
C' est Saint Louis le Roi de France

                                                        Poème à Saint Louis   
                                                              Jean-Louis Vallas



***

P.S : Je suis ...je suis ...au deuxième rang , la troisième en partant de la gauche...heureuse d' avoir choisi une voie royale...!! :-)
L' huile à la péniche a été peinte en 1971 par Dalian...
Et vous racontez-moi ...


20 commentaires:

  1. De mes années lycée, j'ai le rejet total des blouses... Blouses bleues lycéennes, blouses blanches para-médicales, blouses nylon de la campagne... Tant pis pour les taches et les tâches sans blouse. Savon de Marseille : à l'aide !
    Saint-Louis : mon saint patron, va savoir pourquoi ? :)

    RépondreSupprimer
  2. Une semaine c'était la blouse beige et la suivante la blouse bleue avec notre nom et prénom écrits en rouge et si on l'oubliait, on faisait une heure de colle en étude... La vie de lycée de la sixième à la terminale à Marie Curie, lycée de Sceaux !!!
    Les filles de cette époque se ressemblent toutes, c'est drôle !!!
    Le temps passe...
    Bonne soirée !
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Comme elle est jolie cette Chapelle Saint-Louis...

    Tu as le blues de blouses Mathilde ?
    Tu étais une bien jolie ado pleine de gaité.
    Je vais te raconter, puisque tu le demandes lol
    Je n'ai pas du tout le blues des blouses du secondaire, mais j'ai vraiment aimé les blouses de mon école d'Art, rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e...Des blouses blanches, comme celles des médecins, mais un peu maculées de taches de peinture ou de fusain, que je lassais au pressing du coin chaque vendredi soir. Pour la photo, elle n'étaient pas plus boutonnées qu'à l'accoutumée lol, mais on masquait les taches avec de la craie blanche. Cela ne faisait pas grand chose, le photographe ajoutait sa touche perso en retouchant les dites taches.
    Je n'aime pas repasser dans cette rue, car aujourd'hui, un immeuble a poussé à la place de ma cour pavée...Face à la rue de la Pierre Levée. Il n'y a même plus la boulangerie à la façade Art-Déco rouge où j'achetais mon pain au chocolat, juste en face de l'Ecole.
    Ah tu vois les blouses, elles nous font regarder en arrière. Je préfère aller de l'avant, même si c'était joli lol
    Bisous Mathilde, merci pour ce tendre rappel de Rentrée !

    RépondreSupprimer
  4. Tu as la nostalgie des blouses ? moi pas du tout, je détestais çà ! Dis-moi, tu étais loin de tes chères Cévennes.

    RépondreSupprimer
  5. Et moi, en cette année 58,je rentrais de St-Louis du Sénégal.............Je découvrais un monde...
    non, les filles de cette époque ne se ressemblaient pas toutes, on était en train de naître, en latence avant floraison....
    Je me garde de la nostalgie que je trouve pourtant délicieuse sur ton blog, on peut revenir en arrière dans notre passé...Là, évoluaient des gens qu'on ne verra plus, des figures tutélaires aimées et disparues...

    RépondreSupprimer
  6. @Nathanaëlle
    C' est juste un clin d' oeil...Comme toi je préfère le bleu du ciel de cette nouvelle journée..:-)
    @ Aifelle
    Les Cévennes , ma Lozère c' était la liberté et les bonheurs des vacances...:-)
    @ Anne
    Quelle chance ..St Louis du Sénégal...
    J' aime beaucoup " ta latence avant floraison "...moi je commence la " fanaison"...:-)

    RépondreSupprimer
  7. "Le blues des blouses", c'est excellent ! La nostalgie est un sentiment que j'ignore, je ne sais pourquoi, malgré tous les merveilleux souvenirs qui peuplent ma tête et mon cœur, je ne ressens jamais l'envie de revenir en arrière... C'est formidable d'avoir cette photo de classe jolie madame. Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
  8. Voilà, ce matin, je voulais faire un commentaire, mais le clavier sans fil ne me mettais pas les espaces... Carole m'a réinstallé l'ancien et ça marche !
    Donc, les blouses, je pense, servaient à cacher les signes extérieurs de richesse... et les signes de pauvreté... tout le monde à la même ancienne ! Quoique !
    Je t'ai cherché au début sur la photo et je ne te trouvais pas... Après tes explications de position; je t'ai reconnue... avec ton sourire... Je ne me souviens pas si maintenant tes cheveux sont toujours ondulés !!!
    Saint Louis... te poursuit... et c'est un plaisir ! Merci pour ton reportage et de souligner Dalian... qui fut tellement mis en valeur par ton grand encadreur ! Gros bisous et à bientôt !

    RépondreSupprimer
  9. Tu n'as pas changé, je t'avais reconnu sans avoir lu la fin de ton billet.
    Les blouses c'est bien triste et en plus pas de garçons, ma pôvre!
    Bonne soirée Mathilde.

    RépondreSupprimer
  10. Sourire malicieux Mathilde, tu l'as gardé, non :-) J'aimerais revivre une scène de ce temps là... Cela fait drôle quand même tout ce temps écoulé. Bisous blues!

    RépondreSupprimer
  11. Je connais un autre Louis , qui n'avait pas la prétention d'être Saint, même si je lui connaissais peu de défauts, et qui a poursuivi... ( les Carnets de) Mathilde. Puisse-t-il continuer à les parcourir.
    Ps je constate que la troisième en partant de la g du 2 rang est un peu dissipée :-)

    RépondreSupprimer
  12. celle qui tourne la tête ouf ...trop bien ! photo de classe plus tôt rare par ici mais la tienne est de qualité...! le temps passe et nous passerons également ! bonne journée

    RépondreSupprimer
  13. @ François
    J' ai pensé à lui dont c' était la fête le 25 Août...
    Moi , je n' ai traversé qu' un bon demi siècle...
    Lui , célèbre Papy Louis a traversé ce siècle en entier...
    Amitiés François

    http://themasq49.free.fr/index_fichiers/PapyLouis.htm

    RépondreSupprimer
  14. Vos trésors révélés font, là, une bien jolie page.
    J'aime ce regard buissonnier dessus le sourire tout offert... La damoiselle d'alors ressemble fort à la dame d'aujourd'hui !

    J'ai déposé sur mon dernier billet toute une poésie glanée en 1957 sur les quais de la Seine. Reggianni y lit Prévert alors qu'en noir et blanc, défilent les émois de ces passants d'un jour.
    Peut-être qu'en regardant le film à nouveau, je vous y découvrirai !

    Je me joins au photographe pour vous saluer et m'en retourne à mes récrés, votre billet tenu bien serré dans la poche de ma blouse...

    Lydaine.

    RépondreSupprimer
  15. ...Joli billet Mathilde, j'ai presque la même photo chez moi.. des années au lycée... à peu de chose près.. pas si loin de toi... je vais la retrouver... merci pour la couleur des blouses.. une semaine le bleu, puis le rose, le beige.. à carreaux vichy, le pantalon interdit... et oui... pas de maquillage !! et toi même sourire malicieux , je crois..
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
  16. Voilà, quand je m'affole ça remarche !!! Incredible !

    Je voulais te dire que je suis émue je te cherchais sur la photo : facile hein ! sourire, chère reine ...

    Ah moi je n'ai pas connu les blouses ! :) les années collège c'était plutôt La Boum et au Lycée un brassage d'ethnies et de liberté. Je me sens à part tout d'un coup :(

    Bisous d'une p'tite jeune !

    RépondreSupprimer
  17. Coucou Mathilde !
    Oh une superbe photo en noir et blanc et je vois ta frimousse (enfin tu tournes la tête joli profil !)
    Un joli post pour la rentrée !
    Bisous bisous

    RépondreSupprimer
  18. coucouc Mathilde encore du beau texte et des photos dont les ouleur son sublime ton église saint louis et le rosé des pierre les vert des conifères superbe
    chacune mérite que s'y attarde dans le détail;
    et la photo de classe crasquante
    je t'embrasse et te souhaite une très belles rentrée
    frankie

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Mathilde,
    J'aime cette évocation de tes jeunes années, qui ressemblent aux miennes !
    Cheveux ondulés bruns pour toi, cheveux ondulés blonds pour moi ...
    La nostalgie fait partie intégrante de ma vie, je ne suis pas passéiste mais j'aime me souvenir des jolis moments, les autres je les oublie !
    Merci pour ce billet plein d'émotion.
    Gros bisous
    Marie-Ange

    Très peu présente, les allers-retours à Nice m'occupant pas mal, le temps d'installer Pénélope à la crèche !!!
    C'est une petite fille adorable, facile à vivre, ses sourires nous font oublier les kilomètres ...

    RépondreSupprimer
  20. Année 1958-1959, j'entrais au CP. C'était la première année où j'allais à l'école car pas de maternelle pour moi.Pas de blouse cette année là et pas de photo de classe. La blouse, je la connaîtrai quelques années plus tard, à l'entrée au collège. Bleue pour les filles et grise pour les garçons. Avec le nom brodé sur la blouse. Pour moi par ma mamie adorée et très douée. Tu fais renaître des bouffées de nostalgie avec ton joli billet et ton beau sourire.
    Mon lien avec Saint-Louis: je suis née le jour de sa fête et en suis très fière!
    Grosses bises Mathilde.

    RépondreSupprimer