jeudi 31 décembre 2015

Dernier crépuscule de 2015 ...

autour de l' étang ...
une bienfaisante petite marche avant le réveillon ...:-)


Remis à jour au fil de l' ombre
Le jour de l' an se lèvera
Moultes surprises dévoilera
Sur qu' à sa guise il n' en fera ...!

                                                            Mathilde

À chacun de vous , du fond du coeur ,
je souhaite une belle et bonne  année ... 2016 ...
Soyez heureux dès aujourd' hui ... car demain il sera trop tard ... :-)


mardi 29 décembre 2015

Ma rose bonbon !


Elle était là , seule 
sur le chemin de ma boîte aux lettres
humide de rosée , maquillée comme un bonbon ;
gourmande
je la mangeais des yeux .!


" Soudain , tu es là , me sautant
Aux yeux , au détour d' un sentier .
Tu es là , ardente sur ta hampe ,
Fleur rose éclose au nom secret ,
Seule au milieu de tout , et tout
L' univers ne paraît plus vain ! "


"  Milliards d' années après la lave
Originelle , un jout tu es .
D' où viens-tu ? D' où ce pur désir
De couleur , de parfum , d' un port 
Unique et parfait ? Es-tu signe
De ce Tout né un jour de Rien ? " 


 

" Soudain , tu es là , me prenant
À la gorge , arrachant de moi
Un cri muet de contentement ;
Je sais alors que je suis là
Pour la rencontre , que ce cri
Est le oui qu' un rien dit à Tout ... "

                                            François Cheng 
                                                                                 - La vraie gloire est ici -

À l' année prochaine ... :-)

jeudi 24 décembre 2015

Joyeux Noël à tous


" Si le jour baisse à vos paupières ,
Que nulle nuit ne désespère :
Un astre luit à l' Orient de ceux qui errent .
Vienne le temps de la présence
Aux pèlerins qui d' âge en âge
Cherchent l' enfant comme un secret .... "

                                                                    Frère Gilles Baudry

mardi 15 décembre 2015

On aurait dit que ce serait Noël .


C' est souvent ce que je pense quand un moment partagé est réussi ,
quand certains jours nous entrainent " au fil de l' autre "
sans savoir ni pourquoi ni comment ... ?
                         
Écoutez plutôt :




" Elle "  était une fois  , jeune et fort jolie , visiteuse de prison bénévole 
à la maison d' accueil des familles d' une ville de chez nous .
C' est là qu' un jour " Elle " rencontra une tribu de manouches locale...
Un de leur jeune était incarcéré pour  meurtre 
sa petite soeur avait été violée et s' il avait raté le violeur
il avait tué le nouveau-né pour " l' honneur " ... :-(
" Elle " n' avait jamais croisé des personnes aussi misérables .
La chef de la tribu semblait être une vieille femme 
qui ne parlait jamais et ne répondait pas aux questions posées ...



Un jour d' hiver la famille au grand complet est arrivée avec une petite fille 
de 4 ou 5 ans couverte de poux 
et dont les cheveux n' avaient jamais du voir un peigne  . 
Elle semblait terriblement souffrir.
Cette fois-là , la Mama  demanda conseil à " Elle " dans un français maladroit.
La gamine s' était brûlée tout le mollet la veille 
près du feu allumé dehors pour se chauffer.
Demandant à regarder , " Elle " constata une brûlure vraiment importante
La Mama refusait de conduire l' enfant à l' hôpital.




" Elle " se renseigna alors auprès d' une amie médecin
se procura les médicaments nécessaires
" Elle " pensait les offrir à la  Mama mais celle-ci ne voulut pas de son argent .!
La marche à suivre fut expliquée , " Elle" insista beaucoup sur l' asepsie
précisant que  sinon l' enfant pouvait mourir ...
La semaine suivante la Mama aurait sauté au cou de " Elle "
la petite fille allait beaucoup mieux ,
 n' avait plus mal et ... était propre de la tête aux pieds ... !
Par la suite elle fut totalement guérie ...:-)



C' est aussi ce jour-là que
"  Elle " découvrit que la vieille femme était pratiquement sourde et
que c' était pour ça qu' elle ne répondait pas aux questions .
Un brin de malice dans les yeux celle-ci lui dit :
" T ' as du croire que j' étais une crâneuse hein .. ? "

Le jeune fut transféré à Fleury-Mérogis et " Elle " ne revit plus la tribu ...




Quelques mois plus tarder allant faire des courses
" Elle " croisa des manouches qui marchaient à pieds sur la route ,
et reconnut la Mama et la petite parmi les robes colorées .
Impossible de ne pas s' arrêter ... impossible de ne pas être reconnue .



Vous ne pouvez imaginer la fête que fit cette femme
à la tendre fée qui avait croisé son chemin ,
elle fut suivie par toutes les autres femmes du groupe ,
et c' est ensemble qu'  elles lui offrirent  un très beau  panier ,
un panier garni de fleurs ...
un panier de " coeurs de Marie " ...:-)


           
Dans la lumière du soir 
la roulotte s' ébranla
chacun repris sa route ...
Giorgio sur sa guitare
 inlassablement répétait
" Siempre en la carretera "...!




Mais qui sait où la Mama emmenait sa tribu 
vers Bethléem peut-être ... ?


" Elle " m' a confié son histoire vraie
 que j' ai interprétée à ma façon.
Je la remercie du fond du coeur ...
 elle m' a donné envie d' ajouter à ma crèche naïve
un petit campement de manouches réalisé
avec les cadeaux de la nature
ils sont pour vous ...  

Hein ... que ce jour là on aurait bien dit que c' était Noël ... :-)

                                                                       
                                                                                                   Mathilde

                    
"  NOËL N'EST PAS UN JOUR NI UNE SAISON ,
Ç' EST UN ÉTAT D' ESPRIT ..."
                                                                                     John Kalvin Coolidge                                                                                          


mercredi 2 décembre 2015

En " Avent " avec Mamita !


" C' est le premier jour de la nouvelle année liturgique , le premier jour de l' Avent ...
en route pour une nouvelle aventure ... bonne année ... !

Nouvelle année qui commence sur les ruines dévastées de l' année qui s' achève ...
on ne parle que de guerre et de mort ... d' attentats et d' explosifs ...
de kalachnikovs et de ceintures suicidaires ;
oui , triste fin d' année qui secoue notre torpeur , nous qui étions si bien installés 
dans notre confort pépère à l' abri des conflits meurtriers depuis 70 ans ;
nous avions fini par croire que ça durerait toujours , 
que les hommes étaient devenus moins stupides et moins barbares
surtout dans notre société que l' on considérait comme délicieusement civilisée ...
( légèrement présomptueux! ) 
Grave erreur que de se croire à l' abri du Mal et du Malin ..."


" Et maintenant ... 
maintenant nous allons sortir les crèches et les bougies , 
les guirlandes et les sapins, maintenant nous allons préparer Noël ... 
et nous poser les vraies questions ... ?

On nous répète à satiété 
que c' est le moment de sortir nos drapeaux et nos valeurs républicaines :
quelle belle idée ... 
qui a comme avantage certain de donner du travail à quelques fabricants de drapeaux même si ça ne risque guère d' inverser la fameuse courbe du chômage ...
mais depuis quinze jours je me demande quelles sont ces valeurs républicaines
 qu' on me demande d'accrocher à ma fenêtre  ? 
Aucun des orateurs enflammés ne me précise ce dont il s' agit ... 
alors je suppose qu' il parle 
De la liberté : 
liberté de croire , de penser , de rire , de boire , de jouer , de fumer , de danser ...
De l' égalité :
égalité de revenus , de logement , d' éducation , de soins , de chance ...
Et de fraternité entre tous ...
sans distinction de race ni de provenance ( des migrants par exemple ? )


"  Je me réjouis que ce soit les valeurs de la république ...
mais - sans vouloir l' offenser - il me semble que ces précieuses valeurs 
qui devraient être inscrites ( et le sont vraiment ) au coeur de chaque être humain
sont bien antérieures à la République !!!
Elles sont vieilles comme le monde ; 
elles sont l' idéal vers lequel l' humanité doit tendre avec force et persévérance
sous peine de ne jamais sortir de la haine et de la barbarie ..."

Et - toujours sans vouloir offenser personne - 
ces superbes valeurs 
ne sont pas sorties du chapeau de Marianne un beau matin d' été .
Elles sont depuis plus de 20 siècles inscrites en lettres d' or et de sang dans les quatre évangiles rangés par notre république au placard des livres ringards ...
( et parfois même , 
il me semble qu' elle aimerait les placer dans le bac des livres destinés au pilon ! )"


" Je ne demande qu' à respecter les valeurs républicaines mais ne m' empêchez pas
d' y mettre un peu de couleur et beaucoup de hauteur , 
de leur donner une dimension à la hauteur de l' homme , à la mesure de Dieu !
Oui , la liberté est bien le cadeau que Dieu a fait à son humanité
Oui Dieu aime à égalité tous ces coeurs qui battent de chaque côté des barricades ,
de chaque côté des murs de haine , de chaque côté des kalachnikovs ...
et ça c' est dur à avaler , non ?
( sans jamais perdre de vue qu' Il hait les kalachnikovs)
Et que dire de la Fraternité , rêve absolu de Dieu , 
devenu homme parmi les hommes pour devenir Frère de tous les frères ...
en nous montrant comment faire ... c' est-à-dire en aimant jusque' au don de sa vie !


" Alors , ce nouveau Noël est une bonne occasion pour se poser les vraies question ...
quelles sont les valeurs qu' il faut d' urgence ressorti du placard
et dépoussiérer énergiquement ?
Ici et là naissent des conflits entre ceux et celles qui refusent de mettre des crèches
dans des lieux publics et ceux qui défendent la tradition ...
mais les détracteurs de nos traditions ont sans doute compris
qu' il y avait derrière chaque santon beaucoup plus qu' une tradition !
Le ravi de la crèche nous invite à nous émerveiller
Le berger de la crèche nous invite à adorer
Les rois mages nous invitent à nous mettre en route vers l' inconnu
Tous nous invitent à donner
Et Marie et Joseph nous invitent à une absolue confiance ."


" Mais surtout ce dérisoire bébé caché jusque' au 24 décembre nous rappelle
 ( et ce n' est jamais inutile )
que toute vie est un trésor , un trésor dont il faut prendre  grand soin ,
un trésor éphémère ( au moins pour sa partie sur terre  )
Il nous rappelle surtout qu' il vient pour nous apprendre à aimer
en nous montrant  comment et combien Dieu nous  aime  ...
et toute une vie ne suffit pas pour mesurer l' immensité de la révélation !

Cet enfant de la crèche venu nous rabâcher qu' une seule chose est nécéssaire ;
aimer ... a obtenu comme prix de son discours hautement subversif ...
la torture et la mort ...
preuve s' il en est ... de la barbarie de l' homme  à travers tous les âges !

En ce Noël endeuillé , puisse le Nouveau né de la crèche nous rappeler qu' il rêve pour tous les hommes de liberté , d' égalité et de fraternité ...
qu' il rêve d' amour reçu et partagé
et qu' il revient aux hommes ( à tous les hommes )
de transformer son rêve en réalité ! "

Très bonne année

                                                                         Mamita


***

Trop top Mamita ... !  Elle m' avait dit : 
" Si j' avais un blog j' y mettrais ça ..."    alors j' ai rendu service ... !!
                                               
                                           À bientôt sur les chemins de Noël ... :-)


vendredi 27 novembre 2015

Tâchons au Bonheur ...


avant qu' il ne soit trop tard  ...


" On voudrait , on regarde , on sait qu' on ne peut en faire plus 
et qu' il suffit de rester là , debout dans la lumière , dépourvu de gestes et de mots 
avec ce désir un peu bête dont le paysage n' a que faire , mais dont on croit savoir qu' il ne s' enfièvre pas pour rien , puisque l' amour est notre tâche , notre devoir , quand bien même serait-il aussi frêle que ces gouttes d' eau d' après l' averse tombant dans l' herbe du jardin ... "

                                                           Jean-Michel Maulpoix
                                                                                         - Une histoire de bleu -

jeudi 19 novembre 2015

À chacun son p' tit matin !



"  L' un trempe son pain blanc dans du café au lait ,
L' autre boit du thé noir et mange des tartines ,
Un autre prend un peu de rouge à la cantine .
L' un s' étire et se tait . L' autre chante un couplet ."


" Là-bas la nuit ; ici on l' on ouvre les volets .
L' un dort , l' autre déjà transpire dans l' usine .
Plus d' un mène sa fille à la classe enfantine .
L' un est blanc , l' autre est noir , chacun est comme il est ."


" Ils sont pourtant pareils et font le même rêve
Et le même désir est en nous qui se lève :
Nous voulons vivre plus , atteindre ce degré
De plénitude où sont les couleurs de la pomme
Et du citron que le matin vient éclairer .
Nous voulons être heureux , heureux , nous autres hommes ."

                                                                  Eugène Guillevic

88888

Pour vous ... pour nous tous ... un souhait ... un seul ...
Que mon petit matin ordinaire 
vous permette d' adoucir la violence et la peine des jours que nous venons de vivre
et que nous n' oublierons jamais .


Cette semaine " Les carnets de Mathilde " ont huit ans ..! 
Soyez ici tous remerciés pour vos visites nombreuses et tous vos commentaires
que je découvre toujours avec grande attention .
Votre générosité me touche ... riche de vous je suis ... :-)

Alors pour fêter cet évènement , avec moi , vous venez ...?
On s' en boit un p' tit café ... ?


dimanche 15 novembre 2015

Avec qui ...?


" On se demande 
si l' humanité ne pourrait pas s' arrêter tout simplement pendant quelques temps,
jeter un coup d' oeil autour d' elle et dire , O.K !
Il est temps d' essayer de refaire le cercle .

Mais où est l' humanité ?
Où sont les êtres humains ?
Il y a cette nation-ci et cette nation-là , et dans chaque nation il y a ,
ce parti-ci et ce parti-là , cette personne-ci et cette personne-là .
Tous avec des identités différentes auxquelles ils veulent s' accrocher ,
et prêts à se battre pour elles sans la moindre hésitation .
Quelle chance le monde a-t-il dans toute cette foire de folie furieuse ?
On brûle les arbres et les herbes .
On bétonne la terre ... /... On tue ...
Tout ça au nom d' Une chose ou d' une Autre  .
Le seul espoir est dans une sorte de vide , d' anonymat .

Il y avait un jeune gars dans le bar .
Il portait un blouson de cuir et sur son dos on pouvait lire :
" Un paumé de Yamaguchi "
Il y en a beaucoup des paumés de Yamaguchi en cette saison du monde  .
Cherchant où aller et avec qui ...? "

                                                          White Kenneth - Les cygnes sauvages -

***

Tellement de peine à partager ... :-(


mardi 3 novembre 2015

À la Dômerie d' Aubrac

Il était une fois...
" Sur une rude et haute montagne du Rouergue , 
couverte de neige et de brouillards pendant huit mois de l' année , 
 un monastère , bâti vers l' an 1120 par Adalard vicomte de Flandres ...


" Ce seigneur , revenant d' un pèlerinage , 
fut attaqué  en ces lieux par des voleurs ;
il fit voeu , s' il se sauvait de leurs mains , 
de fonder dans ce désert un hôpital 
pour les voyageurs et de chasser les brigands de la montagne .


" Étant échappé au péril , il fut fidèle à ses engagements
et l' hôpital d' Aubrac s' éleva
" in loco horrors et vast solitudinis " ...


" Adalard y établit des prêtres pour le service de l' église,
des chevaliers hospitaliers pour escorter les voyageurs et les dames de qualité 
pour laver les pieds  des pèlerins , faire leurs lits 
et prendre soin de leurs vêtements ... "

                                                           Châteaubriand - le génie du Christianisme -

Ces lieux étaient étaient tenus par une communauté 
dont la règle était proche des ordres monastiques
ayant à sa tête " un Dom "...

L' église s' élevait au sein d' un ensemble :
un cloître , une infirmerie , un four à pain , une auberge et un hôpital
pour les indigents ou les pèlerins qui se rendaient à Compostelle ...


Ils étaient plus d' un millier à passer ici chaque jour
cherchant refuge et nourriture 
dans ces lieux austères de vaste solitude .


Dans le clocher du XV° siècle ,
la cloche des perdus leur avait indiqué le chemin
alors qu' ils étaient égarés dans le brouillard ...

Aux pèlerins demandant à manger 
on servait des bouts de pain trempés dans un brouet de fromage ..
La pomme de terre inconnue remplacera plus tard les bouts de pain  .
C' est ainsi qu' est né " l' aligot "
C' était sans contrepartie aucune que les soeurs et les prêtres 
hébergeaient  les marcheurs de Dieu
et que les chevaliers les escortaient sur les chemins de L' Aubrac .
Pour Châteaubriant  l' Aubrac méritait d' être dénommé :
" Le grand St Bernard de la France "


Après la guerre de cent ans , en 1353 cet ensemble  fut fortifié et surveillé
par la construction d' une tour dite des anglais .
Tel " un phare de lave noire "
elle domine le village d' Aubrac du haut de ses trente mètres


Il fallait résister aux bandes de pillards 
qui sillonnaient les parages en ces temps troublés .
Aujourd' hui elle accueille des randonneurs fatigués.


Tout ce vaste ensemble ou ce qu' il en restait fut revendu
comme bien national à la révolution .


Quant à l' église Notre-Dame des Pauvres ,
d' architecture cistercienne 
elle a été remise en état dans les années 1850
 les ruines d' antan furent remaniées...sauvant ce qui pouvait l' être...


De grandes réparations furent encore engagées de 1942 à 1980 
C' est en 1925 qu' elle fut classée monument historique ...


Au pied de cet ensemble témoin d' un passé peu ordinaire
s' étalait le jardin des simples ...
Et je pensais alors aux documents transmis par ma mère
fruits d' un travail de recherches sérieuses ...
J' étais heureuse de cette visite ...
Heureuse d' avoir mis mes pas dans ceux de mon illustre ancêtre
Pierre Dallo


Il fut élu Dom d' Aubrac en 1353
Un poste très important à cette époque ,
le monastère d' Aubrac étant à l' origine de grands travaux de défrichages des forêts
et de la mise en valeur des pâtures 


Ce nom Dallo au fil des siècles est devenu Dalle ...
C 'est le nom d' une très ancienne famille du Gévaudan,
principalement implantée dans les monts d' Aubrac ...
Pas de doute ,
je fais bien partie d' une branche de ce bel arbre ... :-)

                                                                         Allez , à tous poutoux del païs


***

Les deux gravures ont été trouvées sur Wikipédia et la cloche dans une revue ...
Pour ma famille et ceux qui seraient intéressés par plus de détails , en feuilletant le livre de Bousquet
" L'ancien hôpital d' Aubrac " vous pourrez continuer le voyage ...:-)


samedi 31 octobre 2015

L' autre royaume




Que de l' autre royaume nous revienne
Ce que nous croyions perdu Que reviennent
Ceux qui en s' éloignant n' avaient rien dit ;
Que leurs cris muets soient notre pain quotidien .
Que revienne entière l' âpre déchirure
Morsure et remords sont d' un seul tenant
Douleur et douceur se tiennent l' une par l' autre  ...

                                   François Cheng 
                                                                          - A l' orient de tout -


samedi 24 octobre 2015

Ma palette ... !

" L' automne raconte à la terre les feuilles qu' elle a prêtées  à l' été ."
raconte un poète paysan .
Je suis donc partie l' écouter ...:-)


" La route bifurque vers les collines
Les branches se dénudent
Par ricochets ..."


" L' oiseau hésite
L' insecte fuit
Le bois fredonne à notre toucher ..." 


" Le soleil 
Module ses dernières gammes
La mort capiteuse des feuilles
frissonne au pied des forêts "

                                                        Andrée Chédid 


Point trop de soleil ... même pas grave !
Peut-être était-il fatigué de jouer au peintre  ?


Sur le chemin du retour 
Notre Dame du Mont Harou en se parant des dernières couleurs ;
nous disait à sa façon :
" Comme moi , profitez de ces moments magiques ils sont si vite passés " ... :-)

                                                          Belle semaine à chacun de vous 


jeudi 15 octobre 2015

De fil en fil ..!

"  Ton regard tout de rêve et d' attente
Si offert à la transparence que jamais
l' aube y dépose sa promesse ... "


" ... Aube de la vie , aube de ta vie , attendant
Qu' au fond de la nuit s' esquisse une âme soeur
et lentement prenne corps l' être de ton rêve ... "


" ... Sachant faire siens faim et soif , gel et flamme
Suivre en silence le courant des murmures
et remonter jusqu'à la source des larmes ..."


"... Faire fi des saisons , des lointains
sur le chemin qui mène vers toi
Cueillir en passant roses d' été , pétales d' automne
frissons de grillons , laudes d' alouette 
Pénétrer l' intime de la moindre fibre
des feuilles , des fleurs , puis des fruits ..."


" ... Être humble assez pour entendre l' impalpable
dévoiler l' indicible , épouser l' inouï
Se dépouiller tel un arbre en hiver
ouvert aux affres et aux effrois ... "


" ... Dressant ses branches contre le ciel étoilé
Franchissant une à une les couches de la nuit
Et venir enfin
au-devant de la transparence de l' aube
Et te dire , avec l' évidence du jour ,
me voici ...!  "

                                           François Cheng
                                                                                  - le livre du vide médian -

                   

mardi 6 octobre 2015

L' Aubrac de mes sandales !

J' ai donc écouté Cabrel,
je suis partie faire un tour ... respirer le grand air ,
ce grand air qui parle d' amour et dont je me souviens toujours ... :-)


" C' est quoi ces histoires
De fleurs , de saisons
D' oiseaux bizarres
Qui viennent et qui s' en vont ?


" C' est pour que tu comprennes
Que je m' accroche
Aux choses qui reviennent ..."


" Autour des maisons
Un autre été flamboie
Quelques oisillons
S' envolent déjà... "


" Les gens absents 
C' est bien ça l' ennuyeux
Ils tournent tout le temps
Là devant nos yeux ... "


" On croyait défaire
L' étreinte d' un coup sec
Et puis finalement 
On se réveille avec ..."


" Juste une question
Est-ce que ça dure toujours
Ces manies  qu' ils ont 
De tourner autour ?


" On parle en dormant
Est-ce que c' est bien normal ?
Les gens absents
      Tout leur est égal ..."


" En haut des pylônes
Les oiseaux voyageurs
Comme des guetteurs


" Les fleurs et les hommes
En perdent leurs couleurs ...


  " Et toujours personne
Sur le répondeur ..."






Au bout de ma balade , 
émerveillée ,
je contemplais mon royaume
quand je sentis la tendresse d'une présence ...





Troublée je me retournais ,
mes yeux dans les siens j' y devinais le regard des miens ...!

               Comme si ...
                                        Comme si ...

***

Les chemins de ma balade se situent sur le versant méridional de l' Aubrac , autour du  Mas de Muret  , de  Bonalbert , du Pic de Mus et du Pic de Muret ... 
Cabrel m' a soufflé des extraits de sa chanson " Les gens absents "

À bientôt