dimanche 15 novembre 2015

Avec qui ...?


" On se demande 
si l' humanité ne pourrait pas s' arrêter tout simplement pendant quelques temps,
jeter un coup d' oeil autour d' elle et dire , O.K !
Il est temps d' essayer de refaire le cercle .

Mais où est l' humanité ?
Où sont les êtres humains ?
Il y a cette nation-ci et cette nation-là , et dans chaque nation il y a ,
ce parti-ci et ce parti-là , cette personne-ci et cette personne-là .
Tous avec des identités différentes auxquelles ils veulent s' accrocher ,
et prêts à se battre pour elles sans la moindre hésitation .
Quelle chance le monde a-t-il dans toute cette foire de folie furieuse ?
On brûle les arbres et les herbes .
On bétonne la terre ... /... On tue ...
Tout ça au nom d' Une chose ou d' une Autre  .
Le seul espoir est dans une sorte de vide , d' anonymat .

Il y avait un jeune gars dans le bar .
Il portait un blouson de cuir et sur son dos on pouvait lire :
" Un paumé de Yamaguchi "
Il y en a beaucoup des paumés de Yamaguchi en cette saison du monde  .
Cherchant où aller et avec qui ...? "

                                                          White Kenneth - Les cygnes sauvages -

***

Tellement de peine à partager ... :-(


20 commentaires:

  1. Bonjour Mathilde,
    oui tant de peine et aussi ce sentiment d'impuissance ...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Tant de peine et de larmes oui...
    Tout à l'heure je suis allée déposer quelques fleurs de mon jardin et une petit bougie à l'hôtel de ville, et j'ai photographié un petit papier sur lequel était écrit :
    "A quoi ça sert d'être
    musulman
    chrétien
    juif
    bouddhiste,
    si on n'est même pas humain..."
    Voilà, c'est le noeud du problème. Ils ne sont pas humains... :'(

    RépondreSupprimer
  3. Merci Mathilde pour l'image et les mots !
    Difficile de dire des mots justes...
    Alors faisons "cercle" en silence ♥

    RépondreSupprimer
  4. Merci Mathilde, il est si difficile de poser des mots après la barbarie. mais tu sais, avec les gens qui ont commis ces horreurs, il est impossible de discuter, ils sont déshumanisés, ce sont des robots sans aucune once de discernement. Au lieu de créer des fichiers S, et de surveiller de loin ces personnes radicalisées, le gouvernement ferait mieux de les enfermer dans une sorte de Guantanamo. On panse nos plaies, certaines auront du mal à se refermer, mais surtout ne perdons ni courage, ni espoir et continuons d'aimer la vie et de la célébrer, d'aimer l'Art et la beauté. Ils n'ont pas le dernier mot et ne leur laissons pas l'avoir.
    Bisous Mathilde

    RépondreSupprimer
  5. Silence et respect pour toutes ces victimes innocentes. Pensées pour leur famille et leurs propres.

    Bisous Mathilde

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Mathilde, c'est horrible et tellement triste, je suis avec vous tous de tout coeur! Bise et bon lundi tout doux!

    RépondreSupprimer
  7. Il ne faut pas accepter cet immonde chantage et vivre, sortir et chanter !
    Je vous embrasse.
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  8. Merci Mathilde… Très vrai et très beau.

    RépondreSupprimer
  9. Merci Mathilde pour ton billet. Grande tristesse, mes pensées vont aux familles et aux proches de toutes ces victimes.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Tout à fait d'accord avec ce joli texte ...
    Merci Mathilde
    Bisousssss

    RépondreSupprimer
  11. coucou Matilde
    On aimerait mais il ne faut pas rêver !
    Rien ne sera plus pareil à présent !
    gros bisous
    MITOU

    RépondreSupprimer
  12. Un très beau texte, si vrai et si triste...;-((
    MC

    RépondreSupprimer
  13. Un passage en silence..........

    RépondreSupprimer
  14. C'est un moment de vie difficile, citer Kenneth White à l'écriture si lumineuse est un cadeau pour tous. Merci Mathilde, je t'envoie des étoiles... brigitte

    RépondreSupprimer
  15. Un Seul COEUR pour tant de coeurs que personne n'oubliera, JAMAIS pour que tous ces coeurs sachent que La Fraternité voit enfin son temps arriver.
    Mathilde, tes mots font des mains, des chaînes autour de nous tous, autour de la Terre.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  16. Le silence, la peine et ce beau texte qui rappelle notre appartenance à la race des humains. j'aime les commentaires de tes lecteurs(trices).

    RépondreSupprimer
  17. "C'était un froid un lent brouillard agglutiné
    Autour du soleil, accroché
    Au petit soleil blanc, la terre
    Etait seule et délaissée et un grand oiseau
    Jetait son cri rauque de la héronnière
    Tandis que le garçon s'en allait sous les hêtres
    Voyant les débris bleuâtres des coquillages
    Et les moites amas de feuilles pourrissantes".... (.....)

    Poème du monde blanc
    MARCHE MATINALE

    En toute candeur
    Kenneth White

    Merci Mathilde, en ronde de mots et d'images ici en ribambelles devraient nous rappeler l'Humanité..

    Douce journée.

    Den

    RépondreSupprimer
  18. Mes mots se sont éteints parce-que les sanglots ont envahi ma gorge...
    J'entends, mes mains cachant mes oreilles, ces sonneries de portables près des corps silencieux , et j'imagine.... oh! comme j'imagine...
    Y a -t-il plus de paumés à Yamaguchi qu'à Paris, Bagdad, ou N'djaména...?
    Où en est l'humanité aujourd'hui, pour laisser tant de haine, nourrir certains esprits malades ou faibles? Comment donner assez d'amour pour dépasser cette barbarie?
    Il ne me reste que ces questionnements et des larmes d’empathie à partager
    Bises à toi, Mathilde

    RépondreSupprimer