vendredi 31 juillet 2015

Le vieux hameau

Non loin d' une voix romaine devenue chemin de St Jaques vers Compostelle ,
mes pas m' ont conduit vers quelques " feux " d' hier ... !


Derrière la fenêtre
cliquètent cinq aiguilles
grelotte la chaussette ...


Les lauzes luisent
dans la soue
le repos des cochons repus ...


Bienfaisante fraîcheur
le soleil déborde du chemin
la sieste pour le grillon ...


Le bois crépite ,
les mains dans la maie pour la pâte
le pain des âmes ...


Porte close et panier plein
goûter au pré
myrtilles glanées ...


Les chants d' hier
taillent les pierres du chemin
vers demain ... :-)


" L' air , accablé d' ardeurs , attend silencieux
Que l' ombre avec le soir descende enfin des cieux
Les chemins sont déserts , les portes sont fermées ,
Sur les toits du hameau , les petites fumées
Qui voudraient s' envoler agitent vainement
Leur fragile aile bleue , amoureuse du vent
Mais le vent , replié dans ses grottes , les laisse
A leur triste abandon qu' augmente leur faiblesse ..."


                                Charles- Ferdinand Ramuz
                                                                          " Été - 25 juillet 1903 - "


mercredi 22 juillet 2015

L' éventail

Il n' y a pas si longtemps 
bien enroulé dans sa p' tite laine 
mon hydrangéa " Villosa " m' a dit :


-   un peu marre d' avoir froid ..!


Aujourd' hui ce n' est plus la même chanson ,
-  il transpire 


-  il sue à grosses gouttes ...


Que faire  ...?
Comme lui ... sortez vos éventails ...!!



" Laisse-toi aimer à ne plus te quitter ,
Mince ou épais , tu t' évases en triangle ,
Large ou étroit , on te prend pour un point .
Fraîcheur de nos intenses chaleurs ,
On t' aime le long des nuits , on t' aime encore le jour .
Tu dois ton teint de rose à la peau du kaki ...
Tu es aimé des princes , adoré des rois et pourtant tu n' es qu' un objet ..."

                                                                  - L ' éventail -
                                                                      Hô Xuân Huong  ( XVIII° siècle )

***


Point de " peau de kaki " pour le mien ... 
Simplement des pétales de " Gloxinia " , des fleurs d' ombellifères , des pistils de digitales et une petite rose pour la charnière ... !!

Je vous souhaite une fraîche semaine ...:-)


mercredi 15 juillet 2015

Le château de Sorel-Moussel ...

dans la vallée de l' Eure  est enfin ressuscité ... !
Situé non loin de Fort Harrouard ,
grand site défensif occupé du Néolithique jusqu' au Moyen-Âge ,
cet endroit a vécu de longues périodes d' histoire
et de construction en démolition ... de sauvetage en carnage ,
il est aujourd' hui sauvé et classé monument historique 


Par un beau soir d' été , Audoin de Bazelaire , l' actuel propriétaire
 nous fit visiter les lieux de toutes ses passions ,
lieux  des jeux de son enfance  sous le regard aimant de son grand-père ...


C' est Marguerite de la Guesle qui fit bâtir le portail d' entrée en 1641 .
Il donne accès à la cour d' honneur




Cette vue aérienne trouvée sur le site donne une belle idée de l' agencement
de l' espace .
C' en 1708  qu' il fut acquis par le Maréchal de Vendôme  ,
Prince d' Anet et comte de Dreux .
Puis il passe de mains en mains , celles des :
Princesse ,   Duchesse , Prince , Comte
enfin celles du Duc de Penthièvre ...
Sorel , jusqu' à la révolution resta uni au domaine d' Anet
mais il fut vite délaissé par les grands seigneurs
qui préféraient les fastes de la demeure de Diane à la solitude du domaine de Sorel .
Il faillit disparaître en 1764 ...
En 1798 le château est vendu comme bien national pour les matériaux ;
Il devient la proie des démolisseurs
En 182O la Duchesse d' Orléans le rachète ... il n' était que ruines ...
Seuls le portail et un pavillon
 avaient échappé aux vendables et aux marchands pierres .


De reconstruction en abandon c' est en 1952 que
Olivier-Pomponne de Bazelaire
architecte d' Henri d 'Orléans , comte de Paris , le rachète
et le restaure avec sa famille ...
Ce fut tellement de travail ..!
Ici le pavillon des Oiseaux où demeure aujourd' hui Audoin son petit-fils .


La succession à la mort de son grand-père ne fut pas simple ..
Apprenant que tout allait être vendu il tenta le tout pour le tout et racheta le royaume de son enfance


En montant dans les combles
on découvre le village de Sorel qui ne voit pas le château si bien caché .
Heureux de nous faire partager le fruit de tant de travail ,
il nous disait aussi son désarroi lors
 de la tempête de l' an 2000 ... tellement de dégâts et tant de travail anéanti
Infatigable il a recommencé à nettoyer , restaurer ...


Du haut de la terrasse  " Le château de Sorel " est heureux ...
Audoin  lui a fabriqué des projets pour 20 ans ...!!


Pour financer tous ses désirs il accueille en son domaine
tout ceux qui veulent célébrer de grands évènements ,
des mariages par exemple ... des séminaires ...
Tous les renseignements sont ICI ... :-)


Ce soir là tout était calme et serein .!
Autour d' un verre d' amitié il racontait encore et encore ..


Comment ne pas être admirative  !


Seules les passions nourrissent le courage et la persévérance . :-)


Ah ! j' oubliais :
Sur le fronton de la cheminée la devise gravée par son grand-père 
fera toujours sourire Audoin ...

" À Dieu mon âme
Mon coeur aux dames
Ma vie au roi
L' Honneur à moi ..."

                                                            
                                                Olivier-Pomponne peut être fier de son petit-fils 

                    

lundi 6 juillet 2015

Sons et Lumières d' un soir d' été ...

après un dernier " requiem" 
pour " Elle "


 les roses se sont tues ,
pour laisser exploser une toute nouvelle polyphonie ...


Celle des hortensias par exemple ...

" Dans un minimum 
De temps
Mettre un maximum
De chant ..."


s' y est mêlé mon fier hémérocalle , nouveau venu en mon jardin .

" Le chant de certaines fleurs
Est à cappella
La scabieuse par exemple  "


" Celui d' autres fleurs
Est polyphonique
L' orchidée ...? "

ou bien aussi mon acanthe  ... ?


Avec l' agapanthe sa voisine , je découvrais une spécialiste ,
" la note bleue " ... l' avez-vous déjà entendue ..?


Envoutée , je leur demandais  encore :
- Mais où se cache-t-il donc votre chef d' orchestre ... ? 
Chacune d' elles , sublimant le rythme de l' autre me redisait que , toujours ,

" Le chant se ramasse
Dans les silences
Qu' il se donne
Entre deux séquences ... "

***

Tous les soirs leur concert m' enchante .
C' est Eugène Guillevic 
qui m' a aidé à écrire les notes sur la partition de cette belle soirée d' été  ... :-)

                                                       Il fait si bon au jardin ...!!