dimanche 25 décembre 2016

Noël joyeux pour tous ..







et si c' était vrai ..?
Avec Esméralda 
j' ai essayé naïvement 
d' y croire ... !!








avec elle la tribu est arrivée à temps ...


la vieille du village a tiré l' eau du puits ,
aidant ainsi  aux préparatifs ...


Au moulin les livraisons se sont poursuivies tard dans la nuit ...


Le saint jour de Noël se prépare longtemps à l' avance ...!!
Aujourd' hui ,
il est né le divin enfant ...
Au de coeur de chacun de nous  
je souhaite un  Noël de Paix et de  joie 
en espérant qu' elle dure ...:-)

                                                 Essayons d' y croire ...!!



mardi 6 décembre 2016

Sur les chemins de ma Toûne

Comme autrefois , en nouant les lacets de mes chaussures 
je me souviens de tes yeux implorant une petite balade .. :-)


En pensant à toi , on est partis sur ton chemin favori
autour des étangs
Tu aurais aimé sentir et lécher ce moucheti blanc sur le sol étalé
qui indiquait des squatters indélicats ;  cela  ne me  disait rien de bon ... 
Levant les yeux , je constatais qu' un lierre parti à l' assaut ,
 avait étouffé  un arbre d' une manière effrayante ;
le tranformant en perchoir à Cormorans ...!!


En avançant sur ton chemin 
je ne comptais plus  les arbres qui étaient envahis par le gui ,
parasite notoire qui annonçaie leur mort certaine ...!
Les Druides nos ancêtres feraient bien de revenir ...:-)
Le petit chemin à la cabane effondrée  était fermé par un portail de pavillon ...! ?
Un grillage et une haie de lauriers fraichement plantés
cacheront notre coin préféré ... le plus beau ... :-(


Aux pieds des saules , comme tu aimais sniffer tes " followers " ...!!
Tes trois grands amis  semblaient toujours en forme ,
même s'ils servaient de tuteurs à un confrère en mauvaise posture ...


Au bord de l' eau ,
je me souviens comme tu aimais faire  sauter les grenouilles ...


comme tu aimais, dans le grand chemin derrière la cabane 
faire la course avec les lapins ...
Aujourd' hui tout est barricadé ... " Proprité privée " .. :-(


En rentrant je saluais le malade encore une fois ...
Je sais que , jusque' à sa fin ,  il sera heureux de servir  de perchoir aux oiseaux .




Deux "  langues de boeuf " scotchées
lui faisaient des yeux 
tout tristes ,
les miens étaient joyeux 
je te sentais  avec moi ...

Tu sais ,
on a bien fait d' en profiter  car rien n' est plus comme avant sur ce chemin là , surtout
SANS TOI