mercredi 14 février 2018

C' est Toi ...

Lorsque l' adolescente nocturne fut arrivée devant la cabane
dont la seule issue sur le dehors était une porte si exiguë
que seul un corps glorieux aurait pu se glisser dans son ouverture ,
elle entendit , dans le silence de l' aube , sangloter à l' intérieur
celui qui la pleurait comme on pleure les morts .
Et elle frappa à la porte et la voix demanda de l' intérieur :"  Qui est à la porte ? "
Elle répondit : " c' est moi ..."


Alors il y eut un grand silence , et les arbres eux-mêmes cessèrent leur murmure
et ne laissèrent plus fuser les premières notes des oiseux chanteurs .
Mais la voix ne répondit pas de l' intérieur 
et la porte exiguë ne s' ouvrit pas ...

Alors l' adolescente s' enveloppa du voile de la méditation ,
sans une plainte , sans un soupir ,
elle s' étendit à terre contre la porte .


Et toute la journée et toute la nuit , elle resta étendue , 
la tête enfoncée dans le voile de la méditation ,
et elle mûrissait ainsi en son coeur la notion essentielle qui veut  que
les privilégiés de l' Amour meurent d' abord complètement à eux-mêmes
avant de se présenter devant l' Amour .


C' est pourquoi , prête désormais à aborder la porte , 
elle se releva et alla d' abord s' abluer à la rivière ,
puis d' un pas assuré elle revint vers la cabane et heurta la porte .
Et la voix demanda de l' intérieur : "Qui est à la porte ..? "
Et l' adolescente , cette fois , répondit : " C'est toi . "
Et la porte s' ouvrit d' elle-même ...

Et le reste est le mystère des privilégiés de l' Amour .

                                                                                         Légende arabe 


15 commentaires:

  1. Merci chère Mathilde pour cette belle légende et tes photos sont superbes.
    Gros bisous et douce fin de journée ♥

    RépondreSupprimer
  2. Jolie légende et belles photos. Au fil de ma lecture je me demandais où tu voulais en venir et je n'ai pas trouvé. Bien joué !
    Cependant je me pose des questions sur la "morale" de cette histoire.
    Faut il vraiment abandonner ce qu'on est et se sacrifier pour l'autre ? Pas sûre que ça marche longtemps...

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve cette légende très évangélique :
    "Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages."Jean 10.9
    Et tes photos toujours sublimes ...

    RépondreSupprimer
  4. Quel magnifique poème, merci Mathilde j'ai adoré comme ces charmantes photos bucoliques et qui font du bien
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Quelle belle légende, tes photos sont superbes!!! Bise, bonne journée tout en douceur!

    RépondreSupprimer
  6. joli....et belles photos.... !!! j'espère que tu vas bien !!
    neige en Alsace ce matin....

    RépondreSupprimer
  7. J'ai la chair de poule, que cette histoire est belle Mathilde !
    Des bises, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
  8. ton histoire est sublime et les photos magiques ...
    J'ai adoré et vais revoir encore ce merveilleux billet !
    Solène

    RépondreSupprimer
  9. Texte très émouvant, très symbolique ;
    Merci Mathilde. Tes photos habillent fort bien tes mots.
    Bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
  10. Très belle légende qui colle tout juste à tes photos ! J'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  11. Magnifique billet ( cliché et mots en parfaite symbiose ) merci pour ce joli moment de lecture et douceur des clichés qui habillent avec justesse cette légende
    Bises , Mathilde :)
    Sacha
    Sacha

    RépondreSupprimer
  12. C'est une bien belle légende qui allie poésie et mystère!

    RépondreSupprimer
  13. Quelle belle légende et vos photos sont superbes! J´aime bien! Belle journée. ZaZa

    RépondreSupprimer
  14. Tout est merveilleux, Mathilde : la légende, les valeurs qu'elle porte et vos images...

    RépondreSupprimer
  15. J'admire ta façon "d'illustrer" ces merveilleuses images par un conte.La petite cabane sur roues me fait rêver, tout comme ce paysage de brume. Je connaissais le conte mais jamais aussi joliment présenté.

    RépondreSupprimer